Façade de la société Blanc Frères, en 1926Créée en 1926 par M. Eugène Blanc, la société « Blanc Frères » est à l’origine une concession Berliet ayant, pour activité principale, la réparation automobile. Pour ce faire, il fait bâtir en plein centre de Brignoles, sur l’avenue Dréo, un hangar en structure métallique sans aucun pilier au milieu, aux proportions démesurées pour l’époque : 80 mètres de long pour 40 mètres de large. Jouissant de rapports privilégiés avec Marius Berliet, ce dernier lui fait savoir lors d’une visite que sa réalisation hors normes risque de le conduire à sa perte, Brignoles comptabilisant à peine 4 000 habitants à cette période.

Mais Eugène était un visionnaire. Après la première guerre mondiale, la population commence à quitter les chevaux pour les voitures, les demandes en automobiles explosent et permettent au garage Blanc Frères d’assoir sa réputation et de se diversifier en intégrant les concessions des marques Citroën, Delage, Delahaye et Hotchkiss. En 1936, 92 employés travaillent pour M. Blanc, ce qui représente un pourcentage non négligeable de la population du village. Il en va de même pour le transport de voyageurs : les gens ont besoin d’affluer vers les grandes villes pour travailler. Les premiers autocars font alors leur apparition, les premières lignes régulières sont misent en place. Les axes Brignoles-Toulon et Brignoles-Marseille seront desservis par les Autocars Blanc, ajoutant ainsi une activité de transport en commun à la réparation automobile.

Après la deuxième guerre mondiale, la partie transport ne cesse de progresser. La partie automobile, quant à elle, subit une mutation avec l’arrivée des premiers camions et utilitaires. Berliet étant au début des années 1950 la référence incontournable du poids lourd en France, les carnets de commande ne désemplissent pas. Afin de compléter son offre, Eugène crée au sein de son établissement une concession Simca, en vue de satisfaire la demande en automobiles. A cela, il ajoute à son activité une station essence, un service de dépannage, une auto-école et même un service de taxis. Le garage Blanc Frères devient petit à petit le « passage obligé » de l’automobile dans le centre Var.

L’aventure Berliet va continuer jusqu’à la fin des années 60. En 1969, le fils d’Eugène, Raoul Blanc, décide de stopper toute activité avec Berliet et Simca, afin de se recentrer sur la partie transport en commun. Eugène décède en 1977, à l'age de 96 ans. Raoul, alors âgé de 66 ans, assure sa succession, mais il compte déjà, vu son âge avancé, sur son fils Gérard Blanc (actuel gérant) pour prendre le relais peu de temps après. Raoul décède en 1983, laissant son fils seul maître du jeu. Ce dernier, grâce à ses idées nouvelles, va permettre à la société de passer de 18 autocars en 1972, à plus de 110 véhicules à ce jour. Après 40 ans de bons et loyaux services, l’heure de la retraite approche pour Gérard Blanc. Son fils, Johnathan Blanc, quatrième génération, est disposé à prendre la suite de ses aïeux, assurant ainsi la continuité de l’entreprise.